• LES RITUELS DE MISE EN RANG

     

    La mise en rang

      

    Description

     

    Les déplacements à l’école obéissent souvent au  rituel de la mise en rang.

     Ce rang par deux, en règle générale, allie des consignes de calme et de silence.

     Ce rituel semble très lié à une certaine image de l’Ecole Républicaine.

     Il relève aujourd’hui, fortement de « traditions » d’établissement concernant les modalités d’entrées et de sorties de

     classe. Il tombe fréquemment en désuétude dans les lycées, parfois les collèges et même dans  certaines écoles primaires.

     

    En CLIS, le rang est conduit par un élève dans le cadre de son « métier ». Ce meneur du rang donne le signal du départ. Il

     ouvre les portes devant et derrière le rang.

      

    Utilité

     

    Les enseignants interrogés répondent que le rituel du rang vise à contenir l’excitation. Il prévient la course et les bousculades. Il correspond à un souci de sécurité dans les déplacements, en particulier à l’extérieur. Pour le maître, il s’agit en effet d’encadrer et contrôler les élèves. Il y parvient en compactant le groupe : « serrer le rang ». Il garde ainsi dans son champ de vision l’ensemble des élèves : sa vigilance se porte particulièrement sur ceux qui tenteraient de « sortir du rang ». Pourquoi par deux, et pas par trois ou à la file indienne ?! Voici quelques éléments de réflexion : par trois, passerait-on les portes ? A la file indienne, n’est-ce pas trop « militaire », voire « monastique » ? Un parallèle peut être fait avec les bureaux : traditionnellement, ils sont conçus pour deux élèves. Nouvelle hypothèse : vise-t-on ainsi à promouvoir une sociabilité contrôlée ? En effet, à deux, des solidarités naissent tandis que l’effet de groupe est limité.

      Part de sacré Le rang valorise une bonne tenue. La maîtrise de soi vise à développer chez chacun, le respect de soi. Le respect des autres est à l’oeuvre dans le rituel du rang. Un parallèle peut être établi avec la civilité. Par exemple, la politesse commande e faire la queue à la caisse d’un magasin… et non pas de dépasser tout le monde ou de bousculer. Le rituel du rang associe intimement le respect des autres. Respecter, à travers le rituel, évolue jusqu’à sacraliser les personnes : rendre inviolable l’autre et soi-même. En rendant les élèves responsables du rang, on leur permet de prendre une part active dans cette attitude de respect. Le maître s’efface. En acceptant le fonctionnement du rang et donc du groupe, les élèves prêtent allégeance aux règles de la vie ensemble. Ils n’obéissent pas à la seule autorité du maître. Ils s’initient à l’intériorisation d’une règle de conduite et au-delà

    Le rang est porteur de valeurs d’ordre, de discipline et de rigueur. Ces valeurs sont partagées par l’institution miliaire et trouvent là, la même matérialisation symbolique dans le rituel du rang. Ces valeurs placent le rang à l’antinomie du troupeau. Assimilés les élèves à des animaux et le maître à un berger : damned !